Poème

     Alors mortel, tu nous admires?

Sais-tu seulement à quoi tu t’exposes?

Ces déesses risquent de t’anéantir

Par leur diatribes, leur prose!

Souhaites-tu être notre Roi?

Connaitre les détestables secrets de chacune?

De celles qui n’ont pas de loi

Sinon celle de  la rancune!

La souffrance des hommes sans doute nous nourrit,

On ne leur laisse, saches le, aucune chance!

Crois-tu vraiment être celui

Qui amenera ici le sentiment de repentance?

 RETOUR

Publicités